Mon nom est N. ⋆ Robert KARJEL

mon-nom-est-n.-779905

Plume Mon nom est N.

Résumé de l’éditeur:

Ma chronique :

« Mon nom est N. » est le second thriller que je chronique et pour tout vous dire, il m’a complètement déroutée 😕 Pourtant après avoir lu ce résumé hyper accrocheur, il ne faisait aucun doute que j’allais lire ce roman tant l’histoire annoncée m’attirait et me faisait beaucoup penser à Jason Bourne ou à la série Homeland que j’ai beaucoup aimé. Je me suis lancée avec enthousiasme et heureusement car dans le cas contraire je ne serais probablement pas allée au bout de ma lecture.
Je m’explique, durant les 100 premières pages, j’ai été mais alors complètement paumée, et oui, j’ose l’avouer 😂 Il y a beaucoup d’aller-retour dans le temps, en effet les chapitres alternent entre le récit présent dont Ernst Grip est le principal protagoniste et le récit passé, 4 ans auparavant, qui retrace l’histoire mystérieuse de N. 😣 Malheureusement, je n’ai pas été très à l’aise dans ma lecture avec ce mode de narration d’où mon sentiment de perdition. Mon envie de comprendre et d’apporter des réponses à mes questions m’ont aidé à passer outre cette première partie assez nébuleuse… D’ailleurs, j’ai bien fait de persévérer car après cette phase de « mise en place » de l’histoire, les éléments de l’intrigue commencent à se mettre bout à bout. Des liens se créent entre les différents personnages et le suspense s’accentue fortement à partir de ce moment là. Il faut vraiment passer outre ce début plutôt flou et compliqué pour en apprécier ce roman empli de mystère, d’inconnues et de complots.
Je me suis posé un nombre incalculable de questions au sujet des personnages de l’histoire. Qui est N, cet homme qui a survécu au Tsunami en Thaïlande et au cours duquel il a perdu son identité et sa mémoire ? Pourquoi se retrouve-t-il détenu par le FBI dans cette base militaire perdue en plein océan indien et accusé de terrorisme ? Vu son allure qui ne le catalogue pas d’office comme étant de nationalité suédoise, pourquoi le soupçonne-t-on de l’être ? Et pourquoi Ernst Grip un simple agent de la sûreté suédoise a-t-il été expressément désigné pour déterminer la nationalité du mystérieux prisonnier ? Pourquoi l’agent Shauna Friedman a fait venir Ernst Grip pour cette mission et pas un autre ?
Une chose est sûre tous ces protagonistes sont liés entre eux, à vous de découvrir de quelle manière 😉
Malgré mon avis plutôt mitigé vous l’aurez compris, je suis tout de même admirative de l’auteur Robert Karjel, qui a mené cette intrigue extrêmement complexe d’une main de maître et qui à aucun moment ne laisse entrevoir une faille dans le scénario. Ce roman vous tient en haleine jusqu’à la dernière page, chaque chapitre est déterminant et dévoile son lot de rebondissements, de trahisons, de manipulations…
 Si vous êtes un adepte du genre laissez-vous tenter car vous devriez prendre un malin plaisir à vous torturer les méninges pour percer le mystère et tenter de deviner qui joue un double jeu
♦  ♦  ♦
Pour info, au vu de son succès international « Mon nom est N. » est en cours d’adaptation en série TV par la Twentieth Century Fox donc nous pourrons retrouver Ernst et N. sur notre petit écran dans quelques temps 😉

Rates 3 étoiles

amazon mon nom est N

La maison de vacances ⋆ Anna FREDRIKSSON

la-maison-de-vacances

 

Plume La maison

Résumé de l’éditeur:

Ma chronique :

Pour la première fois, je ressors d’une lecture avec un avis plutôt mitigé 😕 Je ne connaissais pas du tout Anna Fredriksson et « La maison de vacances » est le premier roman que je découvre de cette auteure suédoise. 
Eva a 42 ans et vient de perdre sa mère. Ses relations avec son frère Anders 35 ans et sa sœur Maja 33 ans sont quasiment inexistantes. Très accaparés par leur travail respectif et leur vie personnelle, ils n’ont jamais pris le temps de se connaître davantage. Eva ne les a pas revu depuis 1 an et il s’avère qu’ils n’ont pas été très présents pour s’occuper de leur mère durant ces dernières années. Ils ont laissé Eva gérer la situation toute seule, sans remords, sous prétexte d’être trop pris par le temps. Eva est une femme extrêmement solitaire, sa vie consiste à exercer son métier d’enseignante et être présente pour son fils ainsi que pour sa mère lorsqu’elle était encore présente. Sa solitude semble prendre encore plus d’ampleur à cause de son fils Elias, âgé de 21 ans, qui est sur le point de quitter le nid familial pour s’installer avec sa petite-amie.
Ces relations fraternelles, quasi inexistantes jusqu’à aujourd’hui, vont se dégrader lorsqu’ Anders et Maja décident de vendre la maison de vacances qu’ Eva souhaite récupérer. Celle-ci est très importante pour elle car ce lieu regorge de nombreux souvenirs, de jolis moments partagés avec sa mère. Elle considère cette maison comme la sienne. D’ailleurs, sa mère aurait voulu qu’elle en soit l’héritière mais malheureusement aucun testament n’a été rédigé. Malgré cette absence de formalité, elle est bien décidée à se battre pour garder cette maison. C’est pourquoi, sur un coup de tête, elle décide de poser des congés et d’investir les lieux tout l’été comme à son habitude malgré la disparition de sa mère. Cependant, ce qu’elle n’a pas prévu c’est qu’ Anders, sa femme, leurs 3 enfants ainsi que Maja et son petit-ami vont débarquer peu de temps après son arrivée, sans avoir été conviés.
Comment la cohabitation va-t-elle se passer?  Le frère et les sœurs vont-ils trouver un terrain d’entente? Prendront-ils le temps de rattraper le temps perdu?
♦  ♦  ♦
Malgré les nombreuses qualités du roman, cette histoire n’a pas réussi à me transporter au point de m’attacher aux personnages et plus particulièrement à Eva. Cependant, j’ai trouvé la plume de l’auteure fluide et très agréable à lire. Je souligne également la présence de descriptions parfaites qui nous plongent complètement dans ce bel environnement. On s’imagine très bien se trouver dans ce petit bout d’archipel suédois, assis sur un banc près du port et regarder les bateaux accoster. Mais aussi cette jolie maison rouge, en bois, teintée de souvenirs et dont la présence de Marianne, cette mère disparue trop tôt, hante encore les lieux.
Ce roman permet de s’évader vers un lieu nature et paisible qui peut plaire à beaucoup de lecteurs j’en suis sûre. Pour ma part, j’ai trouvé le rythme un peu trop lent, je m’attendais à une intrigue un peu plus riche en rebondissements, avec des secrets qui surgissent lorsqu’on s’y attend le moins.
Malgré mon avis mitigé, « La maison de vacances » est un roman que je conseille d’emporter dans sa valise durant les vacances ou tout simplement à lire bien installé dans un transat au fond de son jardin

Rates 3 étoiles

amazon la maison

La grève des femmes formidables ⋆ Alex RIVA

la-greve-des-femmes-formidables

Plume La grève

Résumé de l’éditeur:

Ma chronique :

« La grève des femmes formidables » est à la base un roman auto-édité publié en octobre 2014 qui a eu beaucoup de succès. Ce n’est donc pas par hasard que les éditions Denoël se sont tournées vers Alex Riva et son roman très agréable qui, bien qu’empli de légèreté, pose de vraies questions. J’ai passé un très bon moment de lecture avec ces héroïnes proches de la quarantaine, aux caractères très différents mais toutes « formidables » 😉
Emma a 39 ans, elle est mère de deux enfants et divorcée de Julien il y a maintenant 4 ans. Depuis cette séparation, Emma est en quête de son propre épanouissement, son bonheur. Cependant, elle est persuadée qu’il est illusoire de tout avoir : une famille, une carrière professionnelle, une belle situation financière, du temps pour soi, pour le couple… Selon elle, tout ceci n’existe que dans les magazines. Le chemin du bonheur semble très long et sinueux à force d’éviter les goujats et les hommes mariés. Arrivera-t-elle à trouver son prince charmant ?
Andréa est en couple avec Vincent, ce fut un coup de foudre tandis qu’elle était déjà en couple. Cette rencontre lui a ouvert les yeux et fait comprendre qu’elle restait avec son chéri de l’époque par habitude plutôt que par amour. Cependant, depuis deux ans, des ombres sont présentes au tableau. Pour cause, d’une part, la difficulté de tomber enceinte d’un deuxième enfant, avec un protocole d’insémination artificielle qui peine à être satisfaisant. Ce processus plonge le couple dans une routine assez désagréable concernant leurs relations intimes, en effet chaque acte est planifié et la spontanéité n’est plus de la partie. D’autre part, la difficulté d’Andréa en tant qu’avocate à trouver des clients rend leur situation financière un peu compliquée. Elle est au bord du craquage physique et moral avec l’attente interminable de ce deuxième enfant et la réalité de son métier. Ces deux éléments importants malmènent sa joie de vivre et son équilibre. Combien de temps tiendra-t-elle avant de tout envoyer balader ?
Chloé est la petite sœur d’Andréa et la plus jeune du groupe. C’est une femme sophistiquée, au physique avantageux, fashion-addict, indépendante et une personne digne de confiance. Cependant toutes ces qualités cachent un point faible: son impulsivité. Depuis un an, elle vit une relation amoureuse avec Thomas, âgé de 13 ans de plus qu’elle et surtout très marié. Malgré les avertissements de ses amies, Chloé n’a pas pu s’empêcher de craquer pour cet homme qui l’a courtisé durant deux mois. Pour fêter leur 1 an de relation, elle a planifié et organisé un week-end surprise en amoureux. Malheureusement ce week-end s’est soldé sur une rupture avant d’avoir eu lieu. Chloé n’a pas supporté de passer pour la énième fois derrière sa femme et ses enfants. Très affectée par cette rupture, elle a perdu sa joie de vivre. Thomas lui manque énormément et même si elle tente de rester à distance par orgueil, jusqu’à quand pourra-t-elle résister à le retrouver ? 
Alice est sortie tout droit du moule de la femme parfaite : une bonne épouse, une mère exemplaire, une excellente maîtresse de maison, le tout en cumulant un emploi. Elle est inlassablement en quête de perfection avec cependant un point faible: la culpabilité et la soumission à son mari. Malgré sa vie parfaite, Alice a pété les plombs il y a un mois, elle a claqué la porte au nez de son mari, Paul, et de ses enfants le temps d’une soirée. Malgré cette soirée, le comportement des membres de la famille ne s’est pas amélioré, son mari et ses enfants la traitent toujours comme la femme à tout faire. Ce ras-le-bol fut la première alerte, ce n’est pas rien. Combien de temps tiendra-t-elle ce rythme infernal ?
Pour faire face à cette période charnière de leur vie elles décident de faire grève : la grève des femmes formidables. L’idée est d’abandonner leur quotidien le temps des vacances, de laisser ceux qui restent se débrouiller sans elles et cerise sur le gâteau, que leur départ reste secret.
La destination est choisie, direction la Grèce pour une semaine entre filles.
♦  ♦  ♦
Je me suis bien amusée à découvrir les aventures de nos quatre héroïnes 😊 « La grève des femmes formidables » est un chick-lit comme j’aime, marrant, très frais avec des péripéties qui vous font sourire et des héroïnes attachantes. J’ai été touchée par cette jolie histoire d’amitié qui dure depuis plus de vingt ans. Un quatuor qui a réussi à rester très soudé, malgré certains désaccords, grâce à ces mots d’ordres qui sont: l’écoute, le partage et surtout jamais de jugement!
Nous pouvons toutes nous retrouver en Emma, Andrea, Chloé ou Alice, ce qui apporte au roman un esprit de réflexion. En effet, cette lecture fait énormément réfléchir et pose des questions : qu’est-ce qu’une femme formidable finalement ? Quel est son rôle au sein de la famille ? Sa place en tant que mère, épouse, amante, femme active ? Comment se sentir épanouie dans tous ces rôles ? Est-il possible de trouver le bonheur en portant toutes ces casquettes ?
Ce roman ne fait pas que dépeindre les aventures des filles. Parallèlement, l’auteure décrit celles des hommes et j’ai bien apprécié cette manière de raconter les journées des filles et des hommes de façon alternée. J’ai adoré les voir se débrouiller durant l’absence de leurs femmes. Ces hommes, qui, devant le fait accompli n’ont pas d’autres choix que de s’occuper des choses par eux-mêmes pour une fois.
Ce premier roman d’Alex Riva est un pari gagné. Je conseille sa lecture à toutes les femmes mais aussi aux hommes qui, j’en suis sûre, prendront conscience de beaucoup de choses, à l’image des conjoints de nos héroïnes. La plume de l’auteure se lit extrêmement bien. L’intrigue habilement menée fait en sorte qu’à chaque fin de chapitre on ne peut que tourner la page pour connaître l’issue de cette semaine de vacances. J’ai adoré me poser cette question: « Vont-elles faire des bêtises durant ce séjour ? » car leur mot d’ordre pour les vacances est « Tout ce qui se passe en Grèce…reste en Grèce » 😜 
Un très beau roman d’amitié qui prouve qu’en étant entourée de ses amies on réussit à surmonter n’importe quelles difficultés. J’avoue avoir refermé ce joli roman avec un grand sourire et une hâte, celle de pouvoir lire la suite « Quand l’imprévu s’en mêle » qui sortira au mois de juin 2016.

Rates 4 étoiles

 amazon la grève